Bienvenue sur JeuxOnLine - MMO, MMORPG et MOBA !
Les sites de JeuxOnLine...
 

The Secret World - Jeux OnLine

[Actu] Secret World Legends fa... par Erindhill
Un peu de compagnie par Phidias-X
Tanker sur SWL par Moonheart
[Actu] Donne moi Samhain et pr... par Demage
CPU requis par Demage
Capture

L'Histoire de l'Egypte

Nous sommes envoyés en Egypte après avoir neutralisé Frédéric Beaumont sur l’île Salomon. L’accumulation de rapports alarmistes du Conseil de Venise et l’arrivée de nombreux artefacts du Troisième Âge sur le marché noir nécessitent l’intervention des Abeilles de Gaïa.

Ce que nous allons découvrir sur place menace non seulement l’Egypte, mais la survie même de notre monde. Nous allons plonger au cœur d’une guerre qui a traversé les âges et qui va nous faire découvrir la face sombre de l’Egypte Antique : le règne d’Akhenaton, le pharaon noir.

L’Egypte au Troisième Âge

L'Egypte et la région d’El-Meraya sont très anciennes et ont traversé les âges. Si nous savons relativement peu de chose du Premier Âge, nous savons qu’El-Meraya a été bâtie sur les ruines de cathédrales du Second Âge et que la région fut très active au Troisième Âge.

Une mystérieuse cité occupait alors le site d’El-Meraya et un culte était installé dans la vallée du Dieu Solaire. Ce culte utilisait le Temple des registres perdus comme centre d’initiation. Une prophétie avait annoncé l’oubli puis la redécouverte de ce site par un membre de leur ordre. En prévision de cet événement, le culte y dissimula de puissants artefacts.

Le Temple des registres perdus
Le Temple des registres perdus
Glyphe du troisième âge
Glyphe du troisième âge
Hologramme du troisième âge
Hologramme du troisième âge

Le site tomba dans l’oubli à la fin du Troisième Âge. Certains éléments laissent supposer que ce mystérieux culte pourrait être en relation avec le peuple de la mythique Atlantide.

 

L’Egypte au travers du Quatrième Âge

Le premier contact du Monde Secret avec l’Egypte remonte à -3000 avant JC. A cette époque, les Illuminati migrent de l’Afrique Centrale vers l’Egypte, dont ils deviennent rapidement les maîtres. Leur symbole est l’Œil d’Horus, le protecteur des pharaons.

L'oeil d'Horus
L'oeil d'Horus

Le peuple égyptien se mue rapidement en une puissante civilisation dont certains membres savent utiliser des artefacts du Troisième Âge, pratiquent la magie et dont le style architectural s’inspire des cités du Troisième Âge.

Said jeune
Said jeune

Un groupe de princes égyptiens à la recherche de l’immortalité pratiquent des rituels secrets qui leur permettent de ressusciter sous forme de momies. Ces momies se regrouperont plus tard dans une organisation criminelle appelée « le Royaume ».

Les Illuminati sont cependant contraints de quitter l’Egypte et de migrer vers Jérusalem où ils se rapprochent du Roi Salomon. Si le contexte et la date de leur départ demeurent inconnus, les Illuminati avaient déjà quitté l’Egypte lors du règne d’Akhenaton vers -1200.

En -500, l’Egypte passe sous contrôle Templier lors des conquêtes de l’Empire Perse puis repasse sous contrôle Illuminati avec Alexandre Le Grand vers -300. Malgré l’implosion de l’Empire d’Alexandre, l’Egypte reste Illuminati, notamment avec Cléopâtre, et rejoint l’Empire Romain vers l'an 0, puis l’Empire Byzantin (Illuminati) vers 300 après JC.

Cathy Perry en Cléopatre Illuminati !
Cathy Perry en Cléopatre Illuminati !

Le pouvoir des Illuminati s’étiole en même temps que celui de l’Empire Byzantin dont l’expansion se heurte aux Templiers en Europe et aux califes arabes, puis à l’empire Ottoman à l’est et au sud. L’Egypte quitte finalement l’Empire Byzantin en 600 et passe sous le contrôle des califes arabes puis de l’Empire Ottoman (de faction inconnue).

Si l’histoire Egyptienne au travers du Monde Secret fut riche en rebondissement, celle d’El-Meraya le fut au moins tout autant.

 

L’histoire d’El-Meraya

Thinis il y a 5000 ans
Thinis il y a 5000 ans

En -3000, El-Meraya est alors connue sous le nom de Thinis, la cité légendaire, première capitale d’Egypte. La ville est bâtie sur les ruines d’une cité du Troisième Âge dont quelques constructions subsistent encore aujourd'hui.

Pendant plus de 1000 ans, le peuple égyptien vit au rythme de son panthéon dont Amon devient la divinité nationale vers 2000 avant JC. Le culte des dieux est alors organisé au travers d’un clergé obéissant au grand prêtre d’Amon siégeant à côté du Pharaon lui-même sous la protection des Illuminati, l’œil d’Horus.

Les égyptiens côtoient alors leurs dieux dont certains hantent aujourd'hui encore la cité du dieu solaire comme Amon et Meskhenet et les djinns Shai, Apophis, Resheph ou Shezmu.

Les momies de Meskhenet et Amonet
Les momies de Meskhenet et Amonet
Shai, le dieu du destin
Shai, le dieu du destin

La religion égyptienne

Le dieu Amon
Le dieu Amon

Le dieu Ra - ou Rê
Le dieu Ra - ou Rê
La religion égyptienne est complexe et ancienne. Bien avant la fondation du pays, chaque ville, village ou région avait ses propres dieux. Au fil des siècles, certaines divinités ont fusionné et d’autres se sont imposées à tout le royaume par le rayonnement culturel ou politique de leur ville d’origine.

Par exemple, le dieu Amon, initialement un dieu local de Thèbes, devient le roi des dieux lorsque sa ville est choisie comme capitale de l’Egypte.

Ra (ou Rê), le dieu soleil, eu divers noms au fil de ses fusions avec d’autres divinités : Amon-Rê, Atoum-Rê, Khnoum-Rê, Min-Rê, Rê-Horakhty, Oupouat-Rê, etc.

Cet amalgame des croyances, des superstitions et des religions égyptiennes rend la plupart des dieux polymorphes. Par exemple Amon peut être représenté tant sous la forme d’un bélier, d’un homme à tête de bélier, d’un homme avec deux plumes sur la tête ou d’un homme avec une « mise en valeur de ses attributs masculins » (Amon-Min, pour les amateurs de google images…).

Apophis
Apophis

Par ailleurs, la religion égyptienne a duré plus de 3000 ans laissant le temps à certains dieux d’évoluer au fil les siècles, comme par exemple Osiris, un dieu agricole devenu dieu des morts.

La religion égyptienne introduit très tôt des forces maléfiques qui tentent de renverser l’ordre établi. Ces dieux sont les ennemis de Rê, le dieu soleil dont ils veulent prendre la place, comme le serpent Apophis qui essaye chaque nuit de le dévorer.

Osiris
Osiris

La religion est une grande source de pouvoir sur le peuple, les pharaons sont considérés comme les descendants d’Horus, premier pharaon d’Egypte à l’issue de son combat mythique contre son oncle Seth.

Très tôt les Égyptiens introduisent le concept de vie après la mort, notamment avec le mythe d’Osiris, tué par Seth, ressuscité par ses sœurs Isis et Nephtys, devenu dieu du royaume des morts et vengé par son fils Horus. C’est dans l’espérance de cette résurrection que les égyptiens mettent au point la momification destinée à conserver l’intégrité d’un corps en prévision de sa résurrection.

 

Akhenaton
Akhenaton

Un homme cependant souhaite changer l’équilibre des forces divines en Egypte : Akhenaton. C’est en -1330 que le pharaon noir met fin au polythéisme et impose Aton, le dieu solaire, comme dieu unique.

Phtamose
Phtamose

Akhenaton est le fils de la reine Tiyi, la reine aux cheveux rouges qui le converti au culte d’Aton. La couleur rouge laisse supposer que Tiyi pourrait être l’un des noms de... Lilith.

Ptahmose est alors grand prêtre d’Amon, percevant le danger du culte d’Aton, il tente de convaincre Akhenaton de ne pas s’éloigner d’Amon et des autres dieux du panthéon. En vain.

Pour asseoir sa puissance, Akhenaton se lance dans la construction d’une première cité solaire dédiée au dieu Aton, Amarna, qui devient la nouvelle capitale d’Egypte.

Amarna, de nos jours
Amarna, de nos jours

Khalid, l'immortel
Khalid, l'immortel
Le passage des Israelites

Face à l’éveil imminent d’Aton, Khalid et son frère tentent de raisonner le pharaon et le menacent avec de puissants artefacts. Khalid suggère avoir été missionné par les 64, une mystérieuse organisation d’Hôtes a priori composée de Grigori et/ou de Nephilims.

L’époque et la similitude des événements avec l’Exode laissent supposer que Khalid et son frère seraient en fait Moïse et Aaron (le frère de Moïse). Le bâton de Khalid se transformant en serpent à la fin de sa quête d’investigation laisse penser que Khalid serait Aaron et que le buisson ardent serait Moïse lui-même !

Sauterelles

Face à l'entêtement du pharaon, les deux frères font s’abattre les plaies d’Egypte sur le pays. Ils font entre autre s’assécher les fleuves, tomber la grêle et invoquent un dieu des enfers, « Arbeh », afin qu’il envoie des nuées de sauterelles dans toute l’Egypte. Arbeh, est un nom d'origine hébreuse qui signifie « nuée de sauterelles ».

Akhenaton refuse cependant d’obéir et se fait fabriquer un artefact capable de rivaliser avec les deux frères.

Akhenaton, à l’aide de son artefact, met fin aux plaies et lance ses propres malédictions. Il chasse les deux frères et bannit les anciens dieux d’Egypte. La pratique des autres cultes est interdite.

Avant de quitter l’Egypte, une erreur incantatoire permet à Arbeh de demeurer dans notre dimension. A la fin du règne d’Akhenaton, ce dernier sera mis sous la garde des Maryas.

 

La fondation de la cité secrète

Antre du Désert Brulé
Antre du Désert Brulé

Une fois débarrassé des Israélites et des plaies d’Egypte, plus rien ne s’oppose à Akhenaton.

Aton envoie alors de nouvelles visions au pharaon et lui dévoile où trouver une source de souillure en Egypte. Le Pharaon revient à Thinis/El-Meraya et y fait bâtir un ensemble de temples dédiés à Aton. Ce site deviendra notre zone d’antre du Désert Brulé. Le site est cependant déjà connu des prêtres d’Amon qui dissimulent un maximum d’informations et d’artefacts au pharaon.

Akhenaton localise finalement une source de Souillure et y construit l’Ankh, un gigantesque temple souterrain dédié à Aton. Lilith/Tiyi y fait descendre son trône et des baptêmes de Souillures y sont organisés.

Guidé par Aton, Akhenaton découvre enfin le site de la cité du dieu solaire et le temple des registres perdus. La construction de la cité solaire d’Amarna est stoppée. Akhenaton réoriente tous ses efforts vers ce site pour y bâtir sa nouvelle cité solaire.

La nouvelle cité solaire d'Akhenaton
La nouvelle cité solaire d'Akhenaton

La cité d’Aton

Akhenaton a réellement fait bâtir une cité solaire baptisée Akhetaton (Al-‘Amārnah‎ en arabe et Amarna en français). Akhetaton signifie « l’Horizon d’Aton ».

Amarna, capitale de l'Egypte
Amarna, capitale de l'Egypte

La cité était basée sur le Nil, entre Thèbes et Memphis. Elle fut capitale de l’Egypte pendant 25 ans et était dédiée au culte d’Aton.

La cité est désertée à la mort d’Akhenaton. Recouverte de sable avec le temps, sa découverte fut un événement majeur de l’égyptologie du XIXème siècle.

Funcom s’est inspiré de cette histoire et a imaginé qu’Akhenaton avait bâti une deuxième cité solaire, justifiant ainsi l’abandon d’Amarna.

La transformation d'Akhenaton
La transformation d'Akhenaton

Les informations du Temple des registres perdus permettent à Akhenaton de se rapprocher d’Aton. Il se fait bâtir une pyramide dont le gouffre de la salle principale doit faciliter la communion des fidèles avec leur dieu.

Pyramide d'Akhenaton

De nombreux sacrifices humains sont réalisés en l’honneur d’Aton et les cultistes s’adonnent à des expériences contre nature afin de faire revenir des momies à la vie et de pervertir l’esprit et le corps des adorateurs d’Aton.

La perversion de la Souillure se retrouve jusque dans les sculptures de la région qui nous montre un Akhenaton bienveillant se changer en démon avec des "aiiilles noires" comme dirait notre ami Eblis...

 

La chute d’Akhenaton

Cependant, alors que le réveil d’Aton approche, un terrible accident se produit : dans un accès de folie, le pharaon tue Néfertiti, son épouse, alors que cette dernière essayait de le raisonner.

Toutankhamon, leur fils, assiste à la scène. Le Bourdonnement contacte alors ce dernier et le convainc de se rebeller contre son père. Le jeune pharaon regroupe autour de lui les meilleurs combattants d’Egypte et fonde les Maryas : « les jeunes guerriers ».

Hemitneter et Thoutmosis, les enfants de Ptahmose, Grand Prêtre d’Amon, répondent à l'appel de Toutankhamon et deviennent les premiers Maryas.

Les Maryas

Marya

Mary
Le choix du nom « Marya » est étrange dans la mesure où il s’agit d’un mot sanskrit et non Egyptien. Le sanskrit est une langue alors peu parlée en Egypte et davantage utilisée en Inde, en Mésopotamie et au sein de l’Empire Hittite (l’actuelle Turquie).

Le terme pourrait avoir été introduit par le groupe d’Israelites envoyés par les 64.

Quoiqu’il en soit, l’uniforme des Maryas porte encore le souvenir de Néfertiti dont le portrait est visible sur les uniformes féminins.

Nefertiti sur l'uniforme Marya
Nefertiti sur l'uniforme Marya

Buste de Nefertiti
Buste de Nefertiti
Quant aux hommes, leur uniforme porte la mention « Cerberus », le gardien des enfers de la mythologie grecque. Un nom tout trouvé quand on voit l’affinité d’Aton avec les dimensions infernales et que l’on sait qu’El-Meraya signifie en arabe « la tour de guet ».

Bref, les Maryas seraient en quelque sorte les gardiens d’une porte des Enfers et chargés de maintenir Aton éloigné de notre dimension.

Tout un programme...

Avec la révolte des Maryas, l’Egypte entre en guerre civile. Les Maryas armés d’artefacts du Troisième Âge se lancent à l’assaut de la cité du dieu solaire alors qu’Akhenaton s’est enfermé pour méditer dans sa pyramide.

El-Ghasr, l'antre de la cité secrète
El-Ghasr, l'antre de la cité secrète

Les « jeunes combattants » profitent de l'effet de surprise. Privée de leur chef, l’armée de ce dernier est en déroute. Les Maryas prennent possession de la cité sauf du bastion d’El-Ghasr (« la citadelle » en arabe) où les troupes d’élite du pharaon noir se replient dans les sous-sols. Ce bastion deviendra 3000 ans plus tard la zone d’antre de la cité du dieu solaire.

De mystérieux « sauveurs » et un tout aussi mystérieux « bâtisseur » reviennent en Egypte avec de puissants talismans et aident à emprisonner définitivement Akhenaton.

 

La cérémonie du sacrifice de Ptahmose
La cérémonie du sacrifice de Ptahmose
Ptahmose accepte de sacrifier ses sept enfants afin d’en faire les Veilleurs, les sentinelles immortelles de la vallée. Un artefact, un chant, est confié à chaque enfant. Ces sept berceuses doivent assurer le sommeil éternel d’Akhenaton. Chaque enfant se choisit une divinité et en acquiert les attributs.

Les sept sentinelles forment l'Ennéade, ou Pésédjet en égyptien, de la cité secrète.

 

Le Pésédjet de la cité du dieu solaire

Sentinelle
Les sentinelles se décrivent comme le Pésédjet de la cité secrète.

Le Pésédjet, ou Ennéade en français, un groupe de dieux primordiaux symbolisant l’ensemble des forces créatrices de l’univers. Le premier système connu avait été élaboré à Héliopolis (près du Caire) et comportait neuf dieux, d’où l’utilisation du mot grec « ennea » signifiant « neuf ».

Avec le temps, le terme a évolué pour désigner tout groupement divin à l’origine d’une théologie. Par exemple, l’ennéade d’Abydos comprend sept dieux et celle de Thèbes en compte quinze.

Le Pésédjet de la cité du dieu solaire est composé de huit divinités (7 sentinelles et Aton) complétées de Ptahmose chargé de leur entretien.

Comme dans un Pésédjet classique, chaque dieu tient un rôle précis :

  • Les sentinelles au grand complet
    Les sentinelles au grand complet
    Thoutmosé : Horus, roi des dieux, il chasse les murmures d’Aton ;
  • Nefertari : Ma’at, déesse de l’ordre et de la justice, elle maintient Akhenaton emprisonné ;
  • Moutemouia : Meretzeger, déesse protectrice des tombes, elle dissimule la vallée ;
  • Hemitneter : Sekhmet, déesse guerrière, elle protège les autres sentinelles ;
  • Moutnefert : Satis, déesse du Nil, elle purifie la vallée de la souillure ;
  • Nefertari la jeune : Bastet, déesse du foyer, elle protège les animaux de la corruption ;
  • Houy : Anubis, dieu chargé du jugement des morts, il s’assure du sommeil éternel des momies.
Les sentinelles veillant sur la cité du Dieu Solaire
Les sentinelles veillant sur la cité du Dieu Solaire
Statue d'Aton
Statue d'Aton

Aton semble faire partie du Pésédjet dans la mesure où sa propre statue doit être prise en compte lors de la quête d’investigation sur la création du Pésédjet.

Une machine de Gaia
Une machine de Gaia

Le rôle des Sentinelles : purification de la Souillure, protection des vivants et emprisonnement d’Akhenaton ne sont d’ailleurs pas sans rappeler les fonctions d’une machine de Gaïa, entretenue par de mystérieux bâtisseurs, purifiant la Souillure et protégeant les êtres vivants de puissants rêveurs maintenus endormis par une mystérieuse berceuse.

 

Statue d'Horus
Statue d'Horus

La Pyramide, le Temple des registres perdus et l’ensemble de la Cité secrète sont placés sous la protection des Sentinelles.

Dans la bataille, le grand prêtre d’Aton est mis à mort. Son corps et l’artefact qui lui permettait de contrôler ses fidèles sont abandonnés au fond du temple de l’Ankh. L’Ankh est scellé par les Maryas. L’entrée de la Cité secrète est dissimulée.

Pour purifier ces différents sites, les Maryas érigent des statues du dieu faucon Horus et, éventuellement, des statues d’Anubis (ce dernier point n’est pas confirmé en jeu, mais la présence d’Anubis dans le Pésédjet de scellement le laisse supposer).

Alors que Thèbes redevient la capitale de l’Egypte, Amarna, l'ancienne capitale dédiée à Aton est abandonnée et recouverte de sable.

Sans Akhenaton et avec le chant des Sentinelles, Aton re-sombre dans un sommeil éternel, la Souillure cesse de s’écouler et l'Egypte reprend le cours de son histoire.

Pendant plus de 3000 ans, Ptahmose veille sur les Sentinelles et la Pyramide noire.

L’histoire de Ptahmose

Ptahmose
Ptahmose
Ptahmose est un personnage réel. Vizir, maire de Thèbes, il fut également grand prêtre d’Amon sous le règne d’Aménophis III, le père d’Akhenaton.

Certains historiens voient en lui le personnage ayant inspiré Moïse.

Ptahmose a eu sept enfants : Thoutmosé, Houy, Nefertari, Moutemouia, Hemitner, Moutnefert et la seconde Nefertari.

 

A la mort du grand prêtre :

  • Thoutmosé était devenu un prophète d’Horus ;
  • Nefertari, Moutemouia, Hemitner et Moutnefert étaient des musiciennes d’Amon ;
  • Nefertari et Houy étaient encore enfants.

La véritable histoire de Ptahmose et de ses enfants a donc très fortement influencé Funcom lors de la création des sept Sentinelles.

Akhenaton

Akhenaton nait en 1364 avant JC sous le nom d’Aménophis IV. Fils du pharaon Aménophis III et de Tiyi. Vers 20 ans, il épouse Nerfertiti, la fille du Vizir Aÿ, frère de la reine Tiyi.

Le culte d’Aton est déjà pratiqué par Tiyi et Aménophis III qui sensibilisent leur fils dès son plus jeune âge au culte du dieu unique.

Aton
Aton

Le clergé d’Amon occupe alors un rôle central en Egypte. Avec le temps, une distance théologique s’est installée entre le peuple égyptien polythéiste et le clergé d’Amon devenu monothéiste.

Peu après sa prise de pouvoir, le pharaon déclare Aton dieu unique. Il interdit la pratique des autres cultes, quitte Thèbes pour Amarna et se fait renommer Akhenaton : « Celui qui est utile à Aton ».

Akhenaton et Nefertiti sous la protection d'Aton
Akhenaton et Nefertiti sous la protection d'Aton

En même temps que le culte des autres dieux est interdit, Akhenaton fait détruire les représentations des autres divinités.

Peu d’informations subsistent de cette époque mais les égyptologues pensent qu’Akhenaton essaya de se débarrasser d’un clergé devenu encombrant et tenta une fusion de toutes les croyances de son peuple en un dieu unique. Le monothéisme tel que perçu par Akhenaton était alors une véritable révolution culturelle de l’Antiquité qui fut difficilement acceptée.

Cependant le règne d’Akhenaton ne dura que 16 ans et le culte d’Aton ne lui survécut pas. A la mort du pharaon, les prêtres d’Amon font disparaitre toute trace d’Akhenaton et de son dieu. Thèbes redevient capitale de l’Egypte, Amarna est abandonnée et les statues d’Akhenaton sont systématiquement détruites.

Le contexte de la mort du pharaon demeure inconnu. Cependant, Akhenaton eu un fils qui lui succéda : Toutankhamon. 

Nefertiti  - Toutankamon - Akhenaton
Nefertiti  - Toutankamon - Akhenaton
Les bustes visibles en jeu sont des copies de véritables bustes
Les bustes visibles en jeu sont des copies de véritables bustes

Nerfertiti

Nefertiti
Nefertiti

Nefertiti fut l’épouse d’Akhenaton et participa activement au rayonnement du culte d’Aton.

Cependant si lors de la sortie de TSW (2012), les égyptologues pensaient que Néfertiti était tombée en disgrâce durant le règne de son époux, de récentes découvertes (2014) ont permis d’identifier sa sépulture et de réaliser des tests ADN.

Nefertiti aurait finalement survécu à Akhenaton et aurait même potentiellement assuré une courte régence.

Les tests ADN ont également conclu que Toutankhamon n’était finalement pas le fils de Nefertiti mais le fils qu’Akhenaton et de l’une de ses sœurs, conformément à la tradition pharaonique égyptienne.

Sol Glorificus
Sol Glorificus

Environ 1000 ans après le règne d’Akhenaton (vers 200 après JC), un nouveau Culte Solaire apparaît au sein de l'Empire Romain : le culte de Sol Invictus (le Soleil Invaincu) qui devient rapidement la religion d’état de l’Empire Romain.

Avec l'implosion de l'Empire en 300 et la christianisation des empereurs, Sol Invictus est contraint de quitter l'Empire. Les cultistes romains sont pourchassés et certains membres se replient vers le Congo. De passage à El-Meraya, ils se rapprochent des cultistes d’Aton ayant survécu aux Maryas et laissent derrière eux une légion romaine pour fonder la cité de Sol Glorificus.

Cependant les Maryas veillent et rasent la ville qu’ils ensevelissent sous le sable.

Pendant 2000 ans, Ptahmose veille sur ses enfants et la cité du dieu solaire, pendant que les Maryas pourchassent les cultistes d’Aton et s’assurent que les secrets d’El-Meraya restent dissimulés.

 

Les années avant notre arrivée

Si la guerre entre les Maryas et les cultistes d’Aton n’a jamais réellement cessé, les Maryas ont cependant toujours veillé à garder cette menace sous contrôle.

Au fil des siècles, Templiers et Illuminati réalisent des fouilles en Egypte à la recherche de données et d’artefacts relatifs au Troisième Âge mais sans jamais parvenir à retrouver la mythique cité d’Akhenaton.

Egypte
Université d'Oxford

Plusieurs mois avant notre arrivée, une équipe de chercheurs d’Oxford découvre à proximité d’El-Meraya une tablette faisant allusion à la Cité secrète.

Un chantier de fouilles est alors mis en place et un vaste complexe de temples est découvert au Nord d’El-Meraya (notre antre du Désert Brulé). La cité se développe et mise sur le tourisme en se dotant d’un musée dédié à Aton et d’un luxueux Hôtel.

  

Le Musée d'El-Meraya
Le Musée d'El-Meraya
L'Hotel Wahid
L'Hotel Wahid

Plethron, dans le cadre de l’initiative Prometheus d’Orochi, installe un bureau provisoire à El-Mereya et une station de pompage au Nord de la ville. L’objectif officiel étant de « développer le potentiel d’irrigation du Nil », bien qu’en réalité elle réalise des recherches sur la Souillure.

La station Plethron
La station Plethron
L'initiative Prometheus
L'initiative Prometheus
Montgomery Delaroche et Arun Singh
Montgomery Delaroche et Arun Singh

Un mois avant notre arrivée, le département d’occultisme d'Oxford (Templier) envoie une nouvelle équipe de chercheurs dirigée par les professeurs Arun Singh et Montgomery de la Roche.

Pendant ce temps, Abdel Daoud, l’homme le plus puissant d’El-Meraya, propriétaire de divers commerces de la ville, se converti au culte d’Aton. Il commence à regrouper des cultistes et se lance dans le trafic d’artefacts du Troisième Âge.

 

Abdel Daoud et Berihun
Abdel Daoud et Berihun

L’Aube Nouvelle remarque ce nouveau prophète et missionne Berihun afin de conclure une alliance avec lui : l’Aube Nouvelle financera les activités d’Abdel Daoud en échange d’artefacts du Troisième Âge. Les Phéniciens et le Royaume s’associent à l’accord : le Royaume prend en charge la partie administrative de l’opération tandis que les Phéniciens assurent la logistique du transport.

Tanis est missionnée par les Phéniciens pour servir d’agent local mais également pour essayer de doubler les cultistes dans leur recherche d’artefacts.

L’accord est fructueux et le marché noir du Monde Secret est envahi d’artefacts du Troisième Âge. Inquiété par ce phénomène, le Conseil de Venise missionne Amparo Osorio pour surveiller El-Meraya.

Said - Le Royaume
Said - Le Royaume
Tanis - Les Phéniciens
Tanis - Les Phéniciens
Amparo Osario - Le Conseil de Venise
Amparo Osario - Le Conseil de Venise

L’importance des noms en Egypte Antique... et dans le jeu

Hyéroglyphe

En Egypte antique, le nom (Ren) est une composante fondamentale de l’individu.

Les égyptiens accordaient une importance toute particulière en la symbolique du nom, de la silhouette et de façon générale en toute représentation de l’individu (hiéroglyphe, statues, etc). Ils pensaient en effet qu’une partie de l’être humain survivait éternellement au travers d’une « matérialisation de la personne » que ce soit à l’aide de hiéroglyphes ou de statues.

Nassir, « Celui qui aide »
Nassir, « Celui qui aide »

C’est cette importance du nom qui poussa les égyptiens à détruire les cartouches et les statues d’Akhenaton après sa mort ou, par exemple, pourquoi dans les transcriptions judiciaires les criminels ne sont connus qu’au travers de noms infamants comme « Pabakamen » (le serviteur aveugle) ou « Binemouast » (le mauvais de Thèbes).

Le nom des personnages croisés en Egypte portent chacun leur symbolique, quelques exemples :

  • Abdel Daoud : « Le serviteur du dieu bien aimé » (arabe)
  • Berihun : « Laissez-le nous guider » (africain)
  • Nassir : « Celui qui aide » (arabe)
  • Khalid El-Sayad : « Le chasseur immortel » (arabe)
  • Tanis : « La femme serpent » (grec)
  • Amparo Osorio : « La montagne protectrice» (portugais)

 

Moutemouia 
Moutemouia 

Malgré cette agitation, la cité d’Akhenaton aurait dû rester cachée. Cependant, au fil des siècles, la détermination de Moutemouia s’est affaiblie. Minée par les regrets de sa vie passée, la Sentinelle doute et sa magie de dissimulation s’est suffisamment affaiblie pour qu’Orochi localise la Cité secrète et en perce les protections.

La base Orochi de la cité secrète
La base Orochi de la cité secrète

Orochi missionne alors une nouvelle équipe du projet Prometheus et installe un camp dans la cité secrète. La station de pompage Plethron devient un point de transit des découvertes réalisées dans la cité du Dieu Solaire.

 

Le temple de l’Ankh est alors encore dissimulé sous le sable et la Souillure est quasi-inexistante dans la région. Nous sommes quelques semaines avant l’attentat de Tokyo.

Le groupe le plus actif est celui de la cité d'Aton qui, en plus d’explorer la région, se focalise sur les Sentinelles, la Pyramide d’Akhenaton et le Temple des registres perdus.

La base Orochi de l'Ankh
La base Orochi de l'Ankh

Lors de leurs explorations, un groupe de chercheurs dérobe le Chant d’Hemitneter (un rouleau de papyrus). Une Sentinelle ne peut plus canaliser ses pouvoirs. A partir de ce moment, deux Sentinelles sur sept ont failli et les murmures d’Aton se renforcent.

La Souillure revient dans les sous-sols de la région et provoque un tremblement de terre qui dévoile l’entrée de l’Ankh et assèche les rivières de la région. Orochi, toujours inconscient du danger, se lance alors dans l’exploration de cet ancien temple d’Aton.

Pendant ce temps, les chercheurs de la cité du Dieu Solaire localisent l’entrée du Temple des registres perdus et commencent son exploration. Les divers artefacts entreposés par les cultistes du Troisième Âge sont récupérés par Orochi. Parmi ces découvertes se trouve un artefact qui changera bientôt l’équilibre des forces du monde secret : une bombe de Souillure.

Le Temple des registres perdus
Le Temple des registres perdus

La bombe est ramenée au campement principal d’El-Meraya, près de l’Ankh, pour y être examinée par les docteurs Shirui et Klein avant son transfert vers un centre Orochi. Tandis que le docteur Klein explore le temple de l’Ankh et s’empare du bâton du grand prêtre d’Aton, le docteur Shirui s’adonne à des expériences sur la capacité mutagène de la Souillure.

Focalisé sur son exploration de la cité du dieu solaire, Orochi ne se rend pas compte du drame qui se prépare :

  • Le docteur Thémis, responsable de la station de pompage Orochi a été contaminé par la Souillure extraite des sous-sols ;
  • Les docteurs Shirui & Klein ont (a priori) été contaminés lors de leur étude de la bombe de Souillure.

Avec le soutien des chercheurs contaminés, les cultistes et Berihun s’emparent de la bombe et la font sortir d’Egypte avec l’assistance du Royaume et des Phéniciens.

Pendant ce temps, Lilith expédie (a priori en secret) certains artefacts en Transylvanie à destination de Mara, grâce au directeur de l’agence Plethron locale. Elle identifie d'ailleurs Berihun alors qu’il détourne des artefacts mais sans parvenir à le neutraliser.

 

Après Tokyo

La bombe arrive finalement à Kaidan et explose. John devient le Signal noir et commence à émettre.

Tokyo... après l'explosion
Tokyo... après l'explosion

La Souillure, jusqu’à présent quasi inexistante, envahit brutalement la région, la puissance des Sentinelles déjà amoindrie ne suffit plus à contenir les murmures d’Aton.

Lisa hui
Lisa hui

Un Orochi corrompu
Au même moment, les radios d’Orochi grésillent étrangement et l’Ankh est envahie de Souillure. Les chercheurs sont pris par surprise. La contamination est rapide. La situation devient intenable pour Lisa Hui, l’agent Orochi en charge du centre de l’Ankh qui doit se replier avec son équipe.

Dans la cité du dieu solaire, la Souillure coule à nouveau et la base Orochi tombe très rapidement. Orochi ordonne alors le repli de ses troupes, mais trop tard.

Loin d’être gênés par la situation de crise, les scientifiques contaminés continuent leurs ouvrages : 

  • Le docteur Themis assure la maintenance de la station de pompage et l’utilise pour accélérer la propagation de la souillure dans la région ;
  • Le docteur Shirui poursuit ses expériences sur la Souillure ; 
  • Le docteur Klein s’amuse avec le géant Melotath au fond de l’Ankh...
Docteur Shirui
Docteur Shirui
Melothat et le Docteur Klein
Melothat et le Docteur Klein
Docteur Themis
Docteur Themis

Ce nouvel afflux de Souillure dans les sous-sols de la région provoque de nouveaux tremblements de terre qui :

  • Entrée de la cité du Dieu Solaire
    Entrée de la cité du Dieu Solaire
    dévoilent l’entrée de la Cité secrète ;
  • font ressortir du sable la cité romaine de Sol Invictus ;
  • font apparaître des failles autour d’El-Meraya et dans la Cité du Dieu Solaire ;
  • réveillent divers golems et scorpions géants qui attaquent sans distinction habitants et cultistes.

Abdel Daoud profite de la panique et de l’afflux de Souillure pour asseoir son autorité sur la région et pour envahir la cité du Dieu Solaire.

Arbeh, le dieu des sauterelles
Arbeh, le dieu des sauterelles

Cette situation de crise réveille le dieu mineur des sauterelles, Arbeh, oublié par les israélites 3000 ans plus tôt. Il s’associe aux cultistes, espérant gagner les faveurs d’Aton. Le musée d’El-Meraya devient son nouveau lieu de culte et la région est envahie de sauterelles.

Les cultistes contrôlent rapidement la région et les villageois sont facilement convertis au culte d’Aton. Cependant les Maryas veillent : ils font sauter toutes les voies d'accès afin d’isoler les cultistes et de ralentir la propagation de la Souillure en Egypte.

 

Shani, la leader des Maryas
Shani, la leader des Maryas

Les Maryas s’organisent autour de leur leader « Shani », tandis qu’El-Meraya devient l’un des derniers bastions de résistance. Assiégés par les cultistes, la population elle-même hésite sur le camp à choisir.

En quelques jours, les habitants d’El-Meraya voient les plaies d’Egypte déferler sur eux :

  • Des rivières asséchées (par la Souillure) ;
  • Une pluie de feu (des golems bombardant la ville de rochers en fusion) ;
  • Une invasion de sauterelles (le réveil d’Arbeh, le dieu des sauterelles) ;
  • Une violente épidémie (issue de contamination par la Souillure).

Ils ont l’impression de voir les dix plaies d’Egypte frapper la région.

Les plaies d’Egypte

Les plaies d'Egypte de John Martin
Les plaies d'Egypte de John Martin

Les dix plaies d’Egypte sont dix châtiments bibliques imposés par Dieu à l’Egypte pour convaincre le pharaon de laisser partir le peuple d’Israël.

Ces plaies symbolisent l’affrontement du dieu unique d’Israël avec les dieux du panthéon égyptien - Aton dans le cas présent. Ces plaies furent imposées au Pharaon par Moïse et son frère Aaron (Khalid et son frère).

Dieu serait apparu à Moïse sous la forme d’un buisson ardent (un buisson en feu qui ne se consume pas) afin qu’il affronte le Pharaon et qu’il guide le peuple d’Israël vers la terre promise.

Khalid et son buisson ardent
Khalid et son buisson ardent

Ce n’est donc pas un hasard si le frère de Khalid utilise également un buisson ardent pour nous contacter.

L’assèchement des rivières d’El-Meraya et l’apparition d’une rivière de Souillure au sud de la ville (« la Souillée ») peuvent être assimilés à la première Plaie d’Egypte : « Le Nil fut nauséabond et les Égyptiens ne purent boire des eaux depuis le fleuve. »

Le fleuve "La Souillée"
Le fleuve "La Souillée"

Lors de notre arrivée en Egypte, la région est également frappée par les sixième, septième et huitième Plaies : Epidémie de Souillure, Pluie de feu, et Invasion de sauterelles.

Enfin, la neuvième Plaie, la disparition du soleil et l’arrivée des ténèbres, semble sur le point de frapper l’Egypte sous la forme d’un Soleil Noir...

Les activités des cultistes dans la région

L’activité d’Abdel Daoud se décompose en trois axes :

  • propager la Souillure ;
  • trouver de nouveaux artefacts ;
  • asseoir son autorité sur la région.

Les cultistes propagent la Souillure grâce aux canalisations de la station de traitement des eaux et par des expéditions de dattes souillées à travers le monde. Le Royaume aide d’ailleurs à l’expédition des dattes en prenant en charge la gestion administrative.

L'usine de dattes
L'usine de dattes
La station de traitement des eaux
La station de traitement des eaux

Pour trouver de nouveaux artefacts, les cultistes s’intéressent tout particulièrement aux ruines de Thinis dans le sous-sol d’El-Meraya et à la cité secrète d’Akhenaton.

Cultistes à la recherche d'artefacts
Cultistes à la recherche d'artefacts

Pour accroître sa puissance, le prophète d’Aton utilise la Souillure pour accélérer la conversion des villageois. Les plus réticents sont enlevés de nuit et emmenés à l’Hotel Wahid, puis dans la cité du Dieu Solaire, afin d’être convertis ou sacrifiés au culte d’Aton.

Les cultistes réalisent des rituels de nécromancie afin de :

  • créer des fantômes soumis à Aton en sacrifiant des villageois ;
  • invoquer des mânes en sacrifiant des cultistes ;
  • réveiller les momies de soldats romains de Sol Invictus et de soldats égyptiens d’Akhenaton.
Une mâne...
Une mâne...
Une momie égyptienne
Une momie égyptienne
Une momie romaine
Une momie romaine
 
Un fantôme égyptien
Un fantôme égyptien

Les rites funéraires dans l’Egypte antique

La nécromancie telle que pratiquée par les cultistes d’Aton se base sur la vision de l’esprit humain et sur les rites funéraires de l’Egypte Antique.

Le rituel le plus connu est celui de la momification. Si ce rituel est réservé initialement aux familles royales, il s’étend progressivement à toutes les familles aisées. Son objectif n’est pas de simplement préserver le corps mais de le transfigurer en un corps glorieux et immortel assimilé à Osiris, dieu mort et ressuscité par ses sœurs Isis et Nephtys.

Said, l'Osiris
Said, l'Osiris

Saïd est une illustration de ce processus de résurrection. Comme le souligne les compendiums, son Ba (âme) et son Ka (énergie vitale) sont à nouveau réunis dans son Ha (corps) afin de devenir « un Osiris », un immortel. Petit détail amusant, c’est Osiris lui-même qui est représenté sur les tombes temporelles tant appréciées de Said.

Le point d’orgue de la cérémonie de momification est le rituel de « l’ouverture de la bouche » durant lequel le prêtre touche différentes parties du corps afin de permettre au défunt de voir, entendre, respirer et manger. Le prêtre se lance alors dans une longue méditation afin que l’âme du défunt retrouve son corps à présent préparé à la vie éternelle.

Initialement ce rituel devait permettre de donner vie à des statues de dieux ou de rois. Les Sentinelles de la vallée du Dieu Solaire peuvent donc être vues comme des âmes ayant bénéficié d’un tel rituel afin de permettre à leur Ba (âme) et leur Ka (énergie vitale) de se réincarner dans des statues immortelles.

Le prêtre en charge de la momification portait une tenue en peau de léopard et un masque d’Anubis.

La cérémonie du Sacrifice de Ptahmose
La cérémonie du Sacrifice de Ptahmose
Ptahmose vêtu de sa peau de léopard
Ptahmose vêtu de sa peau de léopard

Pendant que le corps du défunt est préparé à l’immortalité, son âme doit échapper à Apophis et se présenter aux dieux afin d’être jugée.

Cérémonie de la pesée
Cérémonie de la pesée

Son Ib (cœur) est pesé par Anubis sous le contrôle de Shai, le dieu du destin.

Si le cœur est plus léger que la plume magique de Ma’at, Horus guide alors le défunt jusqu’au trône d’Osiris, le dieu des morts, afin qu’il accède au Paradis, mais s’il échoue, il est alors dévoré par Ammit, une créature monstrueuse.

Au-delà du fait que (presque) tous les acteurs divins de cette cérémonie sont présents en jeu (Horus, Ma’at et Anubis sont des Sentinelles, Shai et Apophis sont des djinns et Said est un Osiris), cette cérémonie de la pesée a surtout inspiré la quête de Nefertari « l’Oasis souillée » où nous jouons le rôle d’Anubis pesant le cœur des hommes et appelant Ammit pour dévorer les âmes impures.

Une cérémonie... d'embaumement ?
Une cérémonie... d'embaumement ?
Ammit dévorant les âmes impures - "L'Oasis Souillée"
Ammit dévorant les âmes impures - "L'Oasis Souillée"
Un Naos
Un Naos

Une Ankh
Une Ankh
L’ankh, quant à elle, symbolise le souffle de la vie. L’ankh est généralement associée aux divinités du cycle de la vie et de la mort. Elle est souvent représentée comme un don des dieux à la momie au moment de sa résurrection, un symbole magique capable de faire revivre les morts...

Enfin, nos tombes temporelles ne sont pas sans rappeler le naos (le saint des saints) des temples égyptiens. En principe, seul les êtres « bénis des dieux » (les grands prêtes ou les pharaons) avaient le droit d’y entrer...

Au-delà des cultistes d’Abdel Daoud, les partisans d’Aton se décomposent en plusieurs factions dont la nature des relations reste encore très mystérieuse :

  • Araignée de souillure
    Arbeh, dieu mineur des enfers, s’associe aux cultistes pour envahir la région à l’aide de ses sauterelles ;
  • des mânes du monde des morts sont invoquées en sacrifiant des cultistes, ces dernières aident alors les cultistes d’Aton à réveiller des momies ;
  • des créatures de souillure endormies dans les sous-sols de la région (principalement des araignées de souillure) sont réveillées et s’associent aux cultistes ;
  • des djinns des enfers envahissent les environs d’El-Mereya, partisans d’Aton ils semblent cependant s’opposer aux cultistes :
    • Djinn
      des groupes de goules prennent possession du site de fouille d’Oxford et de l’Hôtel Wahid dont ils chassent les cultistes ;
    • des djinns essayent d’ouvrir des brèches entre les dimensions pour se rallier aux forces d’Aton ;
    • des djinns proches d’El-Meraya font revenir à la vie des cultistes d’Aton sous forme « d’esprit des flammes » ou de « pèlerins des flammes » ;
    • un groupe de djinns, anciens dieux du panthéon égyptien, s’installent dans les temples proches de la pyramide : Shai (dieu du destin), Apophis (Dieu du chaos), Resph (Dieu de la peste) et Shezmu (Dieu de la peine de mort) ;
  • le roi Rib-Haddad, ancien allié d'Akhenaton, s’est également réveillé : revenu des enfers, il lève une armée de momies que le djinn Amir, partisan de Gaïa, tente de contenir.
Le retour du Roi Rib-Haddad
Le retour du Roi Rib-Haddad

Rib-Hadda

Tablette de Rib-Haddad pour Akhenaton
Tablette de Rib-Haddad pour Akhenaton

Rib-Hadda est un roi de Byblos (Liban) ayant réellement existé.

Il est connu pour son abondante correspondance avec Akhenaton et dont une partie des échanges ont été retrouvés à Amarna. Byblos était une cité-état phénicienne sous protection égyptienne.

Rib-Hadda demandait avec beaucoup (trop) d’insistance le support du pharaon pour contrer les armées de l’Empire Hittite au Nord de l’Egypte.

Il semblerait (en jeu) que Rib-Hadda ait souhaité se faire enterrer auprès d’Akhenaton ou qu’il soit mort dans la vallée du Dieu Solaire.

Quoiqu’il en soit, les vieilles habitudes ont la vie dure et, comme il y 3500 ans, l’ancien roi de Byblos continue d’envoyer une (trop) abondante correspondance à Akhenaton afin que ce dernier l’aide à contrer le djinn Amir qui décime méthodiquement son armée de momies. L’Histoire doit lui sembler un éternel recommencement...

Amparo Osorio, l’agent du Conseil de Venise missionné sur place, envoie divers appels à l’aide à destination du Conseil. Une semaine avant notre arrivée, ce dernier se décide à envoyer un nouvel agent. Mais celui-ci est intercepté par Abdel Daoud et envoyé à l'Hotel Wahid avant d’y être capturé par un djinn et ses goules.

 

Artefacts
Notre arrivée en Egypte

Les factions ne soupçonnent pas ce qu’il se passe en Egypte mais s’inquiètent de l’afflux massif d’artefacts sur le marché noir.

Le Conseil de Venise a perdu le contact avec son dernier agent et continue de recevoir des rapports alarmants d’Amparo Osorio. Les factions du Monde Secret sont appelées à se rendre sur place. C’est à ce moment que nous intervenons.

Les cultistes sont à la recherche d’une nouvelle bombe de souillure pour l’Aube Nouvelle. Cependant les alliances se sont affaiblies : 

  • les Phéniciens tentent de limiter la découverte de nouveaux artefacts par les cultistes et regardent d’un mauvais œil l’alliance des cultistes avec les mânes ;
  • les factions de Gaïa mettent en place des blocus pour affaiblir le culte d’Aton de l’extérieur ;
  • Said regrette d’avoir facilité l’attentat de Tokyo et décide de trahir les cultistes et de s’allier à Shani, la chef des Maryas.
Les Maryas et Orochi pénètrent dans la Pyramide d'Akhenaton
Les Maryas et Orochi pénètrent dans la Pyramide d'Akhenaton

Notre enquête sur place nous oriente rapidement vers la « Cité secrète plus si secrète »

Une fois sur place, nous aidons Hemitneter à récupérer le chant dérobé par Orochi et, avec la bénédiction des sept Sentinelles, nous pénétrons dans la Pyramide d’Akhenaton. Les Maryas et les soldats d’Orochi se joignent à nous pour cet ultime assaut.

Le combat est âpre mais, avec le soutien des Sentinelles, nous parvenons à vaincre le Pharaon Noir.

Cependant notre victoire restera amère car Orochi profite d’un moment d’inattention pour s’emparer du sceptre d’Akhenaton. 

Le coeur de la Pyramide
Le coeur de la Pyramide
La traîtrise d'Orochi
La traîtrise d'Orochi

La défaite du Pharaon ne diminue cependant pas la ferveur d’Abdel Daoud qui trouve enfin une nouvelle bombe de Souillure. Il décide alors de doubler Berihun et l’Aube Nouvelle et expédie l’artefact au Caire en prévision d’un attentat sur Londres.

Container

Said qui souhaite toujours se racheter nous aide à contrer Abdel Daoud. La neutralisation de la bombe nécessite un container du Troisième Âge que nous devons aller chercher dans le passé, au tout début de l’Egypte Antique (~5000 ans dans le passé).

Puis, c’est accompagné de Said et de Nassir que nous prenons d’assaut le convoi ferroviaire d’Abdel Daoud et mettons fin définitivement au règne du culte d’Aton !

Une fois Abdel Daoud neutralisé, le Conseil de Venise récupère l’artefact qui terminera à la tour Orochi...

Le Conseil récupère l'artefact...
Le Conseil récupère l'artefact...
... artefact qui finit dans la tour Orochi...
... artefact qui finit dans la tour Orochi...

 

Le mot de la fin

Vous arrivez à présent à la fin de ce guide qui j’espère vous aura permis de mieux appréhender notre aventure égyptienne. Cependant des mystères demeurent.

Nous ne savons pas qui est réellement Aton, ce « faux dieu », ce « dieu parasite ». Ni ne savons la nature de sa relation avec les enfers et le monde des morts.

La fin d'Abdel Daoud ?
La fin d'Abdel Daoud ?

Le culte d’Aton est notre troisième culte du soleil noir (après les Mayas et l’Aube Nouvelle) et nous ne connaissons toujours pas la nature de ce « soleil noir », ni sa relation avec Gaïa.

Nous avons également fait connaissance avec deux mystérieuses factions : les araignées de Souillure et les mânes du monde des morts dont les objectifs demeurent encore aujourd’hui inconnus.

Enfin, si la région a particulièrement intéressé le projet Prometheus, la finalité du projet demeure encore aujourd’hui très nébuleuse.

Bref, l’Egypte recèle encore de grands secrets susceptibles de donner lieu à une relecture des événements. Et Abdel Daoud, qui a disparu suite à notre assaut, pourrait très bien réapparaître au moment où nous nous y attendons le moins...

A SUIVRE
A SUIVRE
rédigé par Baldaena le 30 décembre 2015
mis à jour le 30 décembre 2015